--
 

Centre de Recherche et d'Etudes pour l'Art Préhistorique Emile Cartailhac

   

LA BASE DE DONNEES ARIANE


 

     L'art Pariétal Paléolithique ou « Art des Cavernes » est notre source d'informations la plus précieuse sur les cultures des populations qui ont vécu en Europe occidentale pendant la dernière période glaciaire. Il nous informe sur l'évolution de leurs croyances, de leurs idéaux, mais aussi sur leur organisation sociale, en nous montrant les relations qui se tissaient entre des groupes parfois éloignés.

     L'étude de ces préoccupations d'ordre symbolique, qui sont les véritables marqueurs culturels puisqu'ils se situent en dehors des contingences économiques et matérielles, est donc un aspect essentiel de l'anthropologie préhistorique. Or, ces manifestations symboliques sont disséminées dans des centaines de grottes et abris et les milliers d'objets d'art mobilier trouvés au cours des fouilles sont dispersés dans tous les musées du monde. Pour être à même d'embrasser les évolutions qui se sont produites au cours de cette très longue période (plus de 20.000 ans) et sur l'ensemble du continent européen, il faut disposer de connaissances que les spécialistes mettent des dizaines d'années à acquérir et d'une documentation que les meilleures bibliothèques universitaires ont peine à rassembler. Les étudiants qui veulent s'intéresser à un tel sujet doivent consacrer une part exorbitante de leur temps à rassembler la bibliographie et à constituer leur corpus de référence. En effet, cette bibliographie est souvent dispersée dans des revues locales anciennes d'accès difficile et de nombreux sites ne sont publiés que de façon lacunaire et imprécise, ce qui nécessite de coûteux retours aux sources. En outre, l'accès aux sites est de plus en plus réglementé.

     Les progrès de la micro-informatique sont tels que la collecte, le stockage et la consultation rapide de plusieurs dizaines de gigaoctets n'est plus un obstacle technique. L'idée de rassembler sur une même plateforme une documentation textuelle et iconographique quasi exhaustive des sites ornés paléolithiques européens et de leur contexte archéologique (y compris l'art mobilier) est donc aujourd'hui un objectif réaliste.

     C'est de ce constat qu'est né le projet ARIANE, Base de Données documentaire sur l'Art Paléolithique européen, destinée aux étudiants, aux enseignants et aux chercheurs. Son but est de permettre aux étudiants de partager l'expérience des spécialistes afin qu'il ne perdent plus leur temps à rassembler des documents épars et qu'ils soient plus productifs dans leur recherche. ARIANE est également un outil précieux pour les spécialistes eux-mêmes, une aide pour l'enseignement et la pédagogie, et peut devenir, à terme, un moyen de communication en direction du public. Tous les acteurs de l'archéologie préhistorique sont donc concernés par un tel outil.


Etat d'avancement du projet
     Ce projet s'appuie sur un travail initié à titre personnel par Georges Sauvet depuis de nombreuses années. L'interface de consultation et de navigation a été conçue et programmée par lui en utilisant le langage de programmation Livecode de Revolution® qui présente l'avantage de fonctionner sur toutes les plateformes (Windows, MacOS, Unix).

     Dans sa version fonctionnelle actuelle, la Base ARIANE comporte des données sur 382 sites d'art pariétal et plus de 680 gisements paléolithiques européens. Elle utilise 220 cartes et 760 plans et contient près de 4400 références bibliographiques. Plus de 20.000 images d'art pariétal et d'art mobilier ont été numérisées. Ces chiffres qui progressent rapidement grâce aux efforts de tous les membres du CREAP peuvent sembler considérables, mais ils ne représentent qu'une infime partie de ce que notre ambitieux projet devra comporter à terme. En particulier, la documentation textuelle est encore peu développée, mais nous nous efforçons de combler peu à peu cette lacune. Nous sommes persuadés - et tous ceux qui l'ont expérimenté ou à qui nous en avons fait la démonstration l'ont confirmé - qu'ARIANE a tous les atouts pour devenir un outil de recherche très performant, d'usage généralisé. C'est un enfant dont la croissance n'est pas terminée.

     La base de données ARIANE est l'un des thèmes de recherche de l'UMR 5608 (cf. TRACES-axe 2: Méthodologies des arts rupestres et mobiliers). Nous travaillons actuellement en collaboration avec tous ceux qui veulent bien nous aider à compléter la documentation et l'iconographie et à rectifier d'éventuelles erreurs ou omissions dans la Base actuelle. C'est le cas notamment de nos collègues espagnols des Universités d'Oviedo, de Santander et de Cordoue dont l'aide est précieuse et généreuse (cf. Collaborations).


Destinataires / Accès
     Actuellement, la Base est stockée sur un serveur à l'Université de Toulouse-le Mirail et consultable depuis n'importe quel micro-ordinateur de bureau (Mac ou PC). L'accès est contrôlé par un mot de passe et réservé à des utilisateurs enregistrés. Pour l'instant, peu de personnes ont accès à cette Base que nous considérons comme étant encore dans une phase expérimentale en raison de questions de droits d'auteur non résolues. Quelques étudiants l'utilisent dans le cadre de thèses en cours, ainsi que les chercheurs du Centre CREAP-Cartailhac à l'UTM.

     La Base ARIANE est essentiellement destinée à la recherche, mais nous envisageons de créer des versions adaptées à d'autres publics et à d'autres attentes qui pourraient être mises à disposition de certains partenaires tels que le Parc de la Préhistoire de Tarascon-sur-Ariège, les Services Régionaux de l'Archéologie, des Musées d'Archéologie, etc.

Pour en savoir plus...

-

-- Le CREAP

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
-- Accueil
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
-- Participants
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
-- Thèmes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
-- Bases de données
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
-- Bibliographie
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
-- Collaborations
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
-- News
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
-- Sites étudiés
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .